Les publicitaires français déposent une plainte auprès du régulateur de la concurrence concernant les modifications apportées par Apple en matière de protection de la vie privée

Un groupe d’associations françaises influentes dans le domaine de la publicité sur Internet a déposé une plainte auprès de l’autorité française de la concurrence concernant la mise à jour prochaine de l’application « vie privée » d’Apple.

L’Interactive Advertising Bureau France, la Mobile Marketing Association France, le Syndicat des Régies Internet et l’Union Des Entreprises de Conseil et Achat Média espèrent que cette plainte obligera au moins Apple à retarder le déploiement des changements, actuellement prévu pour le début de l’année 2021. La plainte a été déposée auprès de l’Autorité française de la concurrence (ADLC) le 22 octobre.

L’examen de la plainte est accepté

Un porte-parole de l’ADLC a confirmé que l’autorité avait reçu la plainte et a indiqué que l’autorité l’examinerait « avec le plus grand soin » car il s’agit d’un secteur qu’elle « surveille de près ».

Dans une déclaration, un porte-parole d’Apple a indiqué que la société estime que « la vie privée est un droit humain fondamental » et qu’elle soutient le leadership de l’Union européenne en matière de protection de la vie privée avec des lois telles que le Règlement général sur la protection des données de l’Europe.

« Les données d’un utilisateur lui appartiennent et il doit pouvoir décider s’il souhaite les partager et avec qui. Avec iOS 14, nous donnons aux utilisateurs le choix de permettre ou non aux applications de les suivre en reliant leurs informations à des données provenant de tiers à des fins publicitaires, ou en partageant leurs informations avec des courtiers en données », poursuit la déclaration. « Ces règles s’appliquent de la même manière à tous les développeurs – y compris Apple – et nous avons reçu un fort soutien des régulateurs et des défenseurs de la vie privée pour cette nouvelle fonctionnalité ».

Un changement de politique considérable

Le changement à venir, annoncé en juin, exigera de tous les développeurs d’applications qu’ils demandent la permission aux utilisateurs pour les suivre ou accéder à l’identifiant publicitaire de leur appareil – connu sous le nom d’IDFA – afin que d’autres entreprises ou sites web puissent utiliser ces informations à des fins publicitaires ou pour mesurer les publicités. Le changement devait initialement être mis en œuvre en septembre, pour coïncider avec le lancement du système d’exploitation iOS 14 d’Apple, mais la société a reporté la mise en œuvre à un moment non spécifié au début de l’année prochaine pour donner aux développeurs plus de temps pour se préparer.

Catégories : Blog