Le boycott publicitaire de Facebook débute aujourd’hui alors que plus de 240 entreprises, représentant plus de 400 marques, « font une pause sur la haine ». Lancée le mois dernier par un groupe d’organisations de défense des droits civiques, la campagne #StopHateForProfit encourage les entreprises à cesser leur publicité pendant le mois de juillet 2020, en solidarité avec « les valeurs américaines de liberté, d’égalité et de justice ».

Un mouvement massivement suivi par les annonceurs

Parmi les participants à la première journée, on compte Adidas, Ben & Jerry’s, Coca-Cola, Honda, Levi’s, The North Face, parmi des centaines d’autres marques mondiales, nationales et locales.

« La campagne est une réponse à la longue histoire de Facebook qui permet à des contenus racistes, violents et vérifiablement faux de se répandre sur sa plateforme », a déclaré la Ligue antidiffamation (ADL) dans un communiqué de presse de juin. L’ADL s’est associée à la NAACP, Sleeping Giants, Color of Change, Free Press et Common Sense pour appeler au changement. Plus précisément, un changement dans ce que Facebook fait avec ses 70 milliards de dollars de revenus annuels, dont 99% proviennent de la publicité, selon l’initiative, qui affirme que le réseau social « a fermé les yeux sur la suppression flagrante des électeurs sur leur plateforme ». Facebook, quant à lui, s’est contenté l’année dernière de dire que ses 100 premiers annonceurs représentaient moins de 20 % du total des revenus publicitaires, selon Reuters.

« La campagne organisera la pression des entreprises et du public », a déclaré ADL, « pour demander à Facebook de cesser de générer des revenus publicitaires à partir de contenus haineux, de fournir plus de soutien aux personnes qui sont la cible du racisme et de la haine, et d’accroître la sécurité des groupes privés sur la plateforme, entre autres mesures ».

Des sociétés qui amènent le mouvement à un autre niveau

Certaines entreprises vont même plus loin : la grande entreprise de biens de consommation Unilever a promis de suspendre toute publicité ciblée sur les États-Unis sur Facebook, Instagram et Twitter jusqu’à la fin de l’année.

Starbucks, bien que ne figurant pas dans la campagne « Stop Hate For Profit », a annoncé dimanche qu’elle mettra en pause la publicité sur toutes les plateformes de médias sociaux pendant que nous poursuivrons les discussions en interne avec les partenaires médiatiques et les organisations de défense des droits civils.

L’intérêt croissant pour le boycott a attiré l’attention de Facebook. Le PDG Mark Zuckerberg a récemment tenu une réunion, où il a évoqué les plans visant à supprimer les fausses déclarations sur les lieux de vote à l’approche des élections de 2020. Le réseau social prévoit également de commencer à s’attaquer aux messages transgressifs des politiciens, en supprimant certains d’entre eux et en en étiquetant d’autres.

Catégories : Blog