La Commission fédérale du commerce (Federal Trade Commission, FTC) a déclaré jeudi qu’elle avait conclu un accord avec la société de publicité mobile Tapjoy concernant les allégations selon lesquelles elle aurait utilisé de fausses offres publicitaires pour promettre des récompenses dans le jeu qui n’ont pas été données. Mais les régulateurs ont également déclaré qu’Apple et Google ont contribué à créer l’environnement qui entrave les acteurs de l’industrie des jeux mobiles et les incite à trouver d’autres modèles de monétisation qui peuvent avoir des conséquences néfastes pour les consommateurs.

Des centaines de milliers de réclamations

Tapjoy exploite une plateforme qui permet aux utilisateurs de réaliser des activités, comme s’inscrire à un essai gratuit ou télécharger et exécuter une application, en échange d’une monnaie virtuelle dans le jeu. Il perçoit des commissions de la part d’annonceurs tiers qui veulent inciter les utilisateurs à effectuer ces tâches. La FTC a déclaré dans un communiqué que des centaines de milliers de consommateurs se sont plaints de n’avoir jamais reçu les récompenses promises. Certains d’entre eux ont dépensé « d’importantes sommes d’argent pour remplir diverses offres Tapjoy » ou ont révélé des informations sensibles comme leurs antécédents médicaux ou leurs coordonnées.

Les commissaires démocrates Rohit Chopra et Rebecca Kelly Slaughter ont déclaré qu’ils cherchaient à traiter le comportement de Tapjoy dans le contexte de la croissance massive du marché des jeux sur mobile.   « Il semble que Tapjoy ait amplifié les fausses offres de ses partenaires commerciaux, qui ont appâté les joueurs avec de grosses récompenses pour ensuite les tromper quand il était temps de payer », ont-ils écrit. « Tapjoy n’a pas fait grand-chose pour nettoyer le gâchis, même lorsque des centaines de milliers de joueurs ont porté plainte. Cela a également porté préjudice aux développeurs de jeux pour téléphones portables, qui ont été floués des revenus publicitaires auxquels ils avaient droit ».

A qui la faute ?

Mais les commissaires ont élargi leur critique dans leur déclaration, en disant que Tapjoy était « un vaurien à côté des géants de l’industrie des jeux sur mobile, Apple et Google. En contrôlant les magasins d’applications dominants, ces entreprises jouissent d’un vaste pouvoir pour imposer des taxes et des réglementations à l’industrie des jeux sur mobile, qui générait près de 70 milliards de dollars par an avant même la pandémie », ont-ils déclaré.

Les commissaires ont ajouté que cela peut nuire aux développeurs et à l’innovation, et qu’en raison de la forte taxation de ces acteurs majeurs, les développeurs ont été poussés vers des modèles alternatifs de monétisation qui reposent sur la surveillance, la manipulation et d’autres pratiques nuisibles.

Catégories : Blog